Nominé au Grand prix AFEX

Construction d'une manufacture de souliers ;

Ateliers, stockage, bureaux, formation, musée et restaurant.

 

 

Le développement important de l’activité « souliers » de LOUIS VUITTON, rendant insuffisant l’atelier existant d’environ 1 000 m², le programme prévoit une extension de 11 000 m² répartis en :

  • 3 ateliers de production et la « modelleria », de 5 600 m² :
    • Femmes : 1 823 m²
    • Mocassins : 1 395 m²
    • Sneakers : 1 179 m²
    • Modelleria : 1 200 m²
  • un atelier logistique de 2 350 m² qui reçoit les matières premières et expédie les produits finis, servant également à l’atelier existant, dit FIESSO 1 relié par une galerie de liaison au projet ;
  • bureaux de production, de 115 m² ;
  • locaux sociaux (vestiaires, sanitaires, etc…), de 470 m² ;
  • un restaurant, une cafétéria, une cuisine, de 620 m² ;
  • une galerie d’exposition, de 300 m² ;
  • un hall de 100 m², avec bureaux d’accueil ;
  • un étage technique de 1 300 m² où sont regroupés tous les organes techniques nécessaires au fonctionnement du bâtiment ;
  • un parking extérieur de 170 places.

Cette large extension a pour terrain d’assiette une parcelle de 28 000 m² jouxtant le bâtiment existant.

Le concept

L’environnement disparate du site et le caractère du programme (production à protéger) ont induit un concept de bâtiment introverti dont la forme perçue de l’extérieur est une « boite » anonyme cachant son contenu.

L’unité des parois de cette « boite » est obtenue par une résille en acier inoxydable uniforme qui recouvre tout le bâtiment en  assurant une triple fonction :

  • uniformiser la vision de la peau extérieure du bâtiment ;
  • préserver les volumes intérieurs de la vue depuis l’extérieur ;
  • réduire le coût d’énergie et améliorer le confort d’été en évitant tout apport solaire sur les parties vitrées.

Le contenu de la « boîte » ne se livre que progressivement. Passés le porche puis le hall, apparaît le grand jardin intérieur et l’immense cloître, à la fois vitrine et axe de distribution du bâtiment, autour duquel tous les espaces de vie du programme s’organisent.

Véritable cœur du projet, cet endroit de calme et de réflexion  contribue à la qualité des conditions de travail et donne du sens au lieu.

Les matériaux

Les matériaux utilisés déclinent le registre de la matière brute :

  • béton brut soigneusement calepiné en façade ;
  • baies en alu anodisé naturel ;
  • sols des circulations en coulis de ciment naturel ;
  • acier inoxydable en façade ;
  • sol des ateliers en bois naturel ;

La lumière

La résille qui enveloppe le bâtiment fait filtre et  laisse passer la lumière tout en limitant les apports solaires sur les façades exposées et permet donc, également, l’éclairement des locaux organisés dans un second plan de façade.

La lumière accompagne toutes les circulations intérieures, non seulement par éclairage zénithal, mais également par de petits patios. Dans le cloître, elle apparaît filtrée au travers d’une résille horizontale et  entre par  les grandes baies vitrées  donnant sur l’extérieur ou sur le jardin.

Dans les ateliers, un soin particulier a été apporté au traitement de la lumière naturelle zénithale. A partir de simulation sur ordinateur effectuée par notre bureau d’études, une solution de lumière par puits, uniformément répartie sur toute la surface des ateliers, permet un confort maximum dans la répartition de la lumière naturelle.

Le fonctionnement

Le programme, incluant la mise en relation d’un atelier existant au nord du terrain,  a conduit à implanter l’atelier logistique au nord et à relier ces deux entités par une passerelle de liaison afin de les faire bénéficier du même fonctionnement  et de la même logistique.

Les trois ateliers du programme se connectent à celui existant par une grande rue intérieure. L’atelier de mise au point des modèles occupe une position centrale au cœur de la zone de production, tandis que l’aile sud du quadrilatère est consacrée aux espaces d’accueil, restauration, formation et « galerie », vitrine des métiers souliers et historique.

Développement durable

Dans un souci de développement durable, et en réponse à la démarche responsable de Louis Vuitton, dès sa conception le projet a intégré des éléments essentiels de qualité environnementale en matière de forme, de matériau, énergie et lumière comme :

L’attention apportée au volume  et à l’échelle du projet (7.50m de haut) pour une meilleure intégration dans le site.

La maîtrise des apports solaires dans les locaux, à l’aide d’une résille en acier inoxydable sur les façades laissant passer la lumière en limitant les apports solaires afin de réduire la consommation d’énergie, tout en préservant  le confort d’été.

Le traitement optimal des sources de lumière naturelle :

  • soit par éclairage zénithal par des puits répartissant uniformément la lumière dans les ateliers de production (concept développé à partir de simulations informatiques) ;
  • soit par l’utilisation de façades vitrées et de patios intérieurs permettant un éclairage naturel maximum dans les circulations et les locaux de travail.

La même démarche a guidé les choix techniques suivants :

  • éclairages artificiels modulables par tube fluorescent basse consommation avec ballast électronique, afin de moduler l’éclairage intérieur en fonction de l’éclairage naturel extérieur ;
  • isolations des murs et des façades performantes ;
  • menuiseries extérieures aluminium à rupture de pont thermique ;
  • pompe à chaleur par géothermie utilisant 75 puits verticaux à 100 mètres de profondeur, couvrant la quasi totalité des besoins en énergie thermique (95%), et frigorifiques (69%) nécessaires au fonctionnement du bâtiment ;
  • 32 m² de panneaux solaires implantés en toiture pour répondre à 56% des besoins en eau chaude sanitaire ;
  • traitement de l’air extrait (85 000m3 pour les poussières et 45 000m3 pour les solvants), réinjecté ensuite dans les locaux, sans perte de calories l’hiver ;
  • stockage dans un bassin enterré de 200m3 et pressurisation des eaux pluviales destinés à réduire la consommation d’eau potable pour l’alimentation des chasses d’eau sanitaires ou des circuits d’arrosage automatique des espaces verts.

Lieux choisis :

L'esplanade

Un grand axe piétonnier en béton brut marque l’entrée au site,  adouci par une esplanade courbe  qui dessine des aires de repos où se posent des bancs à l’ombre  des arbres tutélaires de 20 m de hauteur formant écran de verdure.

Le porche

Un porche imposant, annoncé par un grand parvis minéral, ménage une entrée latérale dans le bâtiment.

Volume de béton jouant des transparences et de la lumière, alternant façade à double résille, façade ouverte, verre agrafé et béton, cet espace de transition découvre la faille vitrée qui donne accès au hall.

Le hall

Depuis le porche on  accède au hall  par une grande faille vitrée se prolongeant  par la verrière qui le traverse de part en part.

Transition entre extérieur et intérieur, ce grand cube lumineux décline une palette de matériaux naturels avec ses  sols et murs de béton brut et la lumière omniprésente qui  renforce les volumes, les lignes et  l’axe de l’entrée, mettant ainsi en scène l’arrivée dans le cloître.  

Le cloître

Le cloître s’offre dans sa pureté géométrique dès la sortie du hall.

Il joue résolument son rôle à la fois d’espace de distribution et de lieu de calme à l’ambiance monacale.

Contrepoint à l’imposant bâtiment de production qui s’élève alentour,  il donne une dimension intemporelle au lieu.   

L’unité des matériaux de ce grand rectangle,  sols ciments, façades en béton brut donne une unité d’échelle et de lecture à l’ensemble du cloître.

Le dessin léger de la  structure haubanée en acier inoxydable qui le ceinture dans une alternance de parties couvertes opaques et de  parties transparentes coiffées d’une résille inox  filtrant la lumière renforce la géométrie du lieu,  tout comme le long bassin rectiligne qui le  structure   souligne la profondeur de l’espace en créant une tension.

De ce  lieu d’exception, à la fois récréatif et culturel, alliant  végétation, eau, et  jardin de sculptures,  se dégage une impression de calme et de sérénité.

Les rues

Deux circulations structurent le bâtiment, la « grande rue »  desservant les ateliers, la « petite »  menant au restaurant, toutes deux traversées par une grande faille de lumière naturelle et rythmées par de petits patios.

Dans la grande rue, un traitement spécifique marque l’entrée  de chaque atelier : surbaissement du plafond,  renforcement de l’éclairage artificiel, petits blocs sanitaires désaxés,  couleur primaire différente pour chaque volume.

Ce traitement rompt l’orthogonalité de la rue et permet une lecture claire de chaque entrée d’atelier qui devient unique.

Les ateliers

Dans les ateliers, sols parquet et baies vitrées sur l’extérieur, lumière naturelle zénithale par puits de lumière régulièrement répartis, donnent priorité au confort de travail.

Un travail approfondi de la technique en plafond a permis de concentrer l’ensemble des gaines, ventilations, extractions des poussières et solvants, climatisation en plafond libérant ainsi le sol pour  une liberté d’aménagement maximale.

Le restaurant

Dans l’aile sud tout l’étage est consacré au restaurant.

Deux patios viennent rompre l’uniformité de cette aile au  volume bas en créant deux zones de restauration. Ces deux  puits de lumière,  en recoupant l’espace, donnent une échelle  plus conviviale au lieu.

Des écrans acoustiques suspendus, intégrant la technique en plafond et l’éclairage indirect dans les gorges périphériques, procurent un confort maximal à l’utilisateur tout comme le mobilier contemporain choisi.

La cafétéria, en bout de l’aile, donne accès à un petit salon VIP en belvédère surplombant le hall et le cloître et ménageant des vues plongeantes sur l’un et l’autre.