Le projet

Le vin, c'est l'alchimie de la vigne et de l'homme : le projet reprend ces deux thèmes et y dédie ses deux façades qui racontent deux histoires très différentes, un « côté vigne » contemplatif, un « côté homme » actif.

Le paysage environnant et le vignoble à perte de vue sont au cœur du projet.

Le concept de base a été de profiter de la largeur du terrain pour étirer la façade le plus possible le long de l'autoroute et de décaisser largement le bâtiment pour en minimaliser l'impact sur le paysage afin, qu'entre ciel et vignes, le bâtiment prenne sa place au milieu du vignoble.

Côté autoroute :

Ligne sobre et dépouillée, cette façade minimale met en valeur la vigne, rehausse ses tons et sa terre, la théâtralise en lui servant « d'écran écrin » qui la magnifie. Seule ouverture dans cette ligne continue, une loggia, salle de dégustation en belvédère sur le vignoble, permet aux visiteurs de contempler les vignes à perte de vue.

De l'autoroute, le bâtiment est vu de façon dynamique, dans le mouvement et la continuité. Il ne vient pas rompre le rythme du paysage de vignoble immuable mais s'y inscrit sereinement, sa linéarité faisant écho au rythme des plantations sans perturber la ligne du paysage.

Ce désir de ne déplacer ni les lignes, ni la couleur et la texture du paysage a conduit à proposer l'acier oxydé patiné, matériau brut qui va avec le vignoble, le minéral, la terre, la pierre, à l'image du portail rouillé d'un domaine viticole ancestral.

Côté cour :

Côté cour on passe du contemplatif à l'actif.